Choisir le Setter Anglais

Passion

La passion du gibier. C’est ce qui pousse le Setter Anglais à parcourir inlassablement  forêts, plaines et marais pour le trouver. En deuxième rang, viens l’amour de son maître pour qui le Setter  chassera inconditionnellement.

Style

La félinité, c’est ce qui traduit le mieux le Setter Anglais. Une quête tout en souplesse où les mouvements sont fluides. Le galop est rasant et les arrêts félins.  Au galop, la tête reste dans la ligne de dos ou légèrement au-dessus. Sans effet de balancier, sa tête reste immobile.

Douceur

Le Setter n’est pas un “robot” et encore moins une “machine”. C’est un chien au tempérament doux et amical. Son intelligence et son besoin de jouer font de lui un parfait apprenant. Pour lui faire comprendre, une caresse suffit. Il n’apprécie pas la dureté tout autant qu’il n’en a absolument pas besoin.

Équilibre

Tant au boisé qu’au foyer, le Setter Anglais est à sa place. D’une extrême douceur avec quiconque lui offrira de l’attention et d’un courage sans borne lorsque vient le temps de travailler. Le Setter Anglais fait preuve d’un parfait équilibre entre ses deux personnalités.

Les origines du Setter Anglais

La naissance du Setter anglais moderne est liée au nom de Sir Edward Laverack, qui naquit en 1798 et mourut en 1877. Il consacra toute sa vie à la cy­nophilie, à l’élevage et à la chasse.
Un héritage substantiel, de son oncle lui permit de se donner entièrement à sa passion profon­de pour la cynophilie. Llaverack lui-même affirmait qu’il n’était pas le créateur d’une race nouvelle, mais plutôt celui qui avait perfectionné une race déjà existante.
En effet, il acquit ses deux premiers sujets, un mâle appelé Ponto et une femelle nommée Old Moll , auprès du révérend Harrison qui élevait de­puis plus de trente ans de purs sujets de cette race.

Durant plus d’un demi-siècle, il travailla à l’amé­lioration de la race et, quelques années avant sa mort, il écrivit un livre célèbre, Le Setter, qui fut en­suite traduit en plusieurs langues et qui, encore aujourd’hui, est l’élément de référence de toute la littérature consacrée au Setter anglais, de par son contenu profond et les intuitions géniales qu’il contient.
Sa notoriété fut telle qu’aujour­d’hui encore nombreux sont ceux qui qualifient le Setter anglais blanc et noir
(blue-belton) du nom de Setter Laverack. Son élevage se développa dans des rapports étroits de consanguinité. Il rem­porta tout d’abord des succès éclatants mais, par la suite, il rencontra des problèmes, liés en particulier à la stérilité d’un certain nombre de sujets.
Laverack s’assura la collaboration de son grand ami Purcell Llewellin, qu’il considérait comme l’héritier naturel de son travail.
Llewellin dut utiliser une méthode de sélection un peu moins rigide pour pallier aux problèmes de consanguinité et introduire dans sa lignée d’élevage un sang nou­ veau qu’il se procura dans d’au­ tres lignées qui se développaient a cette époque en Angleterre, et qui contribuèrent, elles aussi, à l’amélioration de la race.

William Humphrey reprit l’ oeuvre de Llewellin, tout en se dirigeant vers une nouvelle voie de sélection. À la différence de Llewellin, qui sélectionna de très bons sujets d’exposition, Humphrey basa son élevage presque exclusivement sur de très bons chiens de travail, négligeant relativement les aspects esthétiques et morpholo­giques.

La réputation internationale de ce chien anglais a commencé vers 1860 et s’est étendue très vite. En 1879, Ernest Bellecroix importa les deux premiers Setters anglais en France et l’inscription au LOF de la race date de 1882 avec Belle, appartenant à M. Chize de Brou. Eure et Loir

Les Setters anglais sont rapidement présents dans les expositions et les fields-trials français : dès 1882 cinq Setters anglais sont présentés et neuf Setters participent au premier field-trial français organisé à Esclimont, en 1888. Si bien qu’en 1891 fut créé le Setter-Club de France

Ref. (Le setter anglais G Mazza,  Le Livre du setter anglais 1891-2001)

Tempérament

Le Setter Anglais donne plus qu’il ne reçoit. Il s’avère être un auxiliaire très précieux pour son utilisateur. Agréable compagnon, il met son intelligence au service d’une éducation adaptée à son caractère félin. Du félin, il en possède aussi la vigueur et demande à être encadré avec rigueur et constance.

D’un contact facile, son caractère félin en fait un adorable compagnon en société. Sous le calme de son apparence sommeille cependant en permanence la vigueur du sportif qui nécessite des sorties régulières.

Niveau d’activité

Comme nous l’avons souligné, le Setter anglais est un grand sportif qui ne supporte pas l’enfermement. Ainsi, la vie à la campagne avec de grands espaces lui est préférable. Néanmoins, il peut s’adapter à la vie citadine à condition de pouvoir faire beaucoup d’exercice. Il est ainsi le compagnon idéal des familles sportives.

Caractéristiques physiques

Sportif et vigoureux, le Setter anglais est doué d’un sens aigu de la chasse où il se distingue par ses allures félines. Il est de taille moyenne, compact et bien charpenté, harmonieux dans ses formes et ses volumes. Sa tête, ni lourde ni légère, est expressive avec des yeux foncés vifs et confiants. Sa robe est soyeuse avec de longues franges aux pattes et à la queue.

Taille : 56 à 62 cm (22”-25”) pour le mâle et 53 à 60 cm (20”-24”) pour la femelle

Poids :
15 à 22 kg (33-48 lbs)

Notre lignée venant d’Europe, principalement de France et d’Italie, nous nous conformons au LOF (Livre des Origines Françaises)